/Brexit : amer compromis pour l’Europe

Brexit : amer compromis pour l’Europe

Editorial. Quel que soit le scénario, le Brexit est désormais en vue, au moins dans son principe. Car l’essentiel restera à négocier

Publié aujourd’hui à 10h45, mis à jour à 11h44 Temps de Lecture 3 min.

De gauche à droite : le premier ministre britannique, Boris Johnson, chef des négociateurs de l’UE, Michel Barnier, et le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, à Bruxelles, jeudi 17 octobre 2019.
De gauche à droite : le premier ministre britannique, Boris Johnson, chef des négociateurs de l’UE, Michel Barnier, et le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, à Bruxelles, jeudi 17 octobre 2019. FRANCISCO SECO / AP

Editorial du « Monde ». La décision des Britanniques de quitter l’Union européenne représente une régression pour le continent et traduit un échec collectif. Mais, acquise à 51,9 % en juin 2016, elle doit être respectée. L’accord sur les modalités de ce départ, conclu jeudi 17 octobre à Bruxelles, prévoit une rupture nette, un Brexit plus dur que celui, flou, qui avait été vendu aux électeurs. Mais, face à la menace d’un « no deal », il représente sans doute la moins mauvaise façon de traduire dans les faits ce divorce douloureux dont les citoyens des vingt-sept pays de l’Union, mais plus encore ceux du Royaume-Uni, vont faire les frais.

Il ne s’agit certainement pas du « très bon accord à la fois pour l’UE et le Royaume-uni » vanté par Boris Johnson. Mais, pour le premier ministre arrivé au pouvoir il y a moins de trois mois, il représente, au moins dans l’immédiat, un indéniable succès politique. Quant aux vingt-sept Etats de l’UE, ils ont sauvé l’essentiel : l’intégrité du marché unique et l’invisibilité de la frontière entre les deux Irlandes.

En apparence, le texte repose sur des concessions réciproques à propos de l’Irlande du Nord, le nœud gordien du Brexit. L’Irlande du Nord sera incluse dans la zone douanière britannique, ce que l’UE refusait jusqu’à présent. Londres, de son côté, a accepté qu’une frontière douanière sépare la Grande-Bretagne de l’Irlande du Nord, une disposition qu’« aucun premier ministre britannique n’acceptera jamais », prétendait Theresa May. Ainsi, les marchandises seront contrôlées avant de pénétrer en Irlande du Nord, mais pas à la frontière terrestre avec la République. Ainsi, le Royaume-Uni pourra négocier de façon souveraine des accords commerciaux avec le reste du monde, promesse phare de M. Johnson.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Espoir le matin, coup de pompe à midi… la dernière ligne pas tout à fait droite du Brexit

Un vote très incertain

En réalité, l’accord, loin de s’affranchir du « backstop » irlandais, cette garantie provisoire jugée attentatoire à la souveraineté britannique par les partisans du Brexit, le confirme en le pérennisant. L’Irlande du Nord appliquera de fait la réglementation de l’UE. Le mécanisme complexe destiné à donner un droit de veto à l’assemblée régionale nord-irlandaise a été conçu de telle façon qu’il a peu de chances d’opérer.

M. Johnson peut arguer, à juste titre, que l’Irlande du Nord bénéficiera économiquement de l’appartenance conjointe aux deux unions douanières. Mais il lui faudra faire oublier que l’accord, en confortant l’idée d’une économie intégrée de l’île d’Irlande, peut favoriser sa réunification et, en outre, nourrir la revendication indépendantiste en Ecosse, qui, bien qu’ayant voté pour demeurer dans l’UE, ne bénéficiera pas du privilège accordé à l’Irlande du Nord. Boris Johnson fait visiblement passer son maintien au pouvoir avant l’unité de son pays.

Lire aussi : les points clés du nouvel accord du Brexit

Mais le soulagement que procure ce compromis acceptable pour les Européens, dû au talent diplomatique, au flegme et à la patience de Michel Barnier, chef des négociateurs de l’UE, pourrait être de courte durée. Arc-bouté sur sa promesse d’un Brexit « à tout prix », Boris Johnson a choisi de passer outre l’opposition du Parti démocratique unioniste nord-irlandais (DUP). De ce fait, le vote sur le texte, samedi 19 octobre au Parlement de Westminster s’annonce très incertain.

Certes, M. Johnson pourrait bénéficier de l’élan qu’a déclenché son succès à Bruxelles. Les députés pourraient aussi obtempérer par crainte d’un « no deal » catastrophique et de la colère de l’opinion devant leur obstruction réitérée. Si le premier ministre échoue à faire approuver l’accord, il devra se déjuger et solliciter un report de la date butoir du 31 octobre fixée pour le Brexit. Des élections devraient suivre, dont il pourrait cependant sortir vainqueur.

Quel que soit le scénario, le Brexit est désormais en vue, au moins dans son principe. Car l’essentiel – le futur accord commercial entre les Vingt-Sept et le Royaume-Uni – restera à négocier. Boris Johnson ne cache pas son intention de concurrencer l’Europe en pratiquant le dumping fiscal, social et environnemental. L’engagement britannique à respecter des « règles de concurrence équitables », maintenu dans la déclaration politique annexée à l’accord, n’est pas contraignant. Le défi du Brexit ne s’éteindra pas avec un « deal ». Les négociations commerciales qui suivront devront empêcher l’édification d’un paradis fiscal aux portes de l’Europe.

Le Brexit en schéma : que peut-il se passer après le nouvel accord conclu entre Londres et Bruxelles ?

Le Monde