/EDF et Veolia vont démanteler les six plus vieux réacteurs nucléaires français

EDF et Veolia vont démanteler les six plus vieux réacteurs nucléaires français

A la centrale de Chinon (Indre-et-Loire), en septembre 2018.
A la centrale de Chinon (Indre-et-Loire), en septembre 2018. GUILLAUME SOUVANT / AFP

La vieille centrale nucléaire de Chinon (Indre-et-Loire) est encore familière aux riverains, avec sa sphère de béton très reconnaissable, même si elle ne produit plus d’électricité depuis trente ans. Ses trois réacteurs faisaient partie, avec les deux tranches de Saint-Laurent-des-Eaux (Loir-et-Cher) et celle de Bugey (Ain), de la filière française dite « UNGG » (uranium naturel graphite gaz), abandonnée en 1969 au profit de la technologie de l’américain Westinghouse (eau légère pressurisée).

Dans le cadre du partenariat EDF-Veolia, signé en juin 2018, le numéro un mondial du nucléaire et le premier groupe de services à l’environnement ont annoncé, mardi 10 décembre, la création d’une coentreprise chargée de déconstruire ces six réacteurs. Baptisée « Graphitech », « elle aura en charge des développements technologiques et des études d’ingénierie, nécessaires à la préparation du démantèlement », expliquent-ils dans un communiqué. Un long travail !

Graphitech devra en priorité fournir à EDF, en 2028, « un scénario optimisé » pour le réacteur de Chinon A2, arrêté en 1985, et « proposer un programme d’essais qui permettra de tester les solutions technologiques nécessaires à la réalisation des opérations ». Les deux partenaires espèrent que ces solutions pourront être appliquées aux cinq autres réacteurs lancés entre 1956 et 1972. Et, plus largement, à la cinquantaine d’installations de ce type dans le monde (Royaume-Uni, Espagne, Italie, Lituanie et Japon).

« Le combustible a été évacué »

EDF a déjà commencé des travaux sur ces sites. « Le combustible, qui représentait la quasi-totalité du risque, a été évacué », rassure l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Mais il avait besoin de Veolia, dont l’un des axes de développement porte précisément sur le démantèlement et l’assainissement des sites industriels dangereux, comme les usines Seveso. Et, plus récemment, des installations nucléaires comme celles de Marcoule (Gard), site historique de production du plutonium militaire, et de Cadarache (Bouches-du-Rhône).

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En France, le nucléaire produit des déchets qui resteront dangereux pendant des millénaires

L’accord de juin 2018 prévoit que Veolia apporte son expérience en matière de technologies d’interventions à distance (robotique), pour « concevoir et réaliser des solutions innovantes » permettant d’accéder au cœur des réacteurs UNGG, de découper et d’extraire les composants dans des conditions de sûreté et de sécurité optimales. Parallèlement, les deux groupes travaillent à une solution industrielle de vitrification des déchets de faible et moyenne activité sur la base de la technologie GeoMelt de Veolia.

« Pas acceptable » d’attendre… 2070

En 2016, EDF avait prévenu l’ASN qu’il voulait revoir sa technologie et le rythme du démantèlement des « UNGG ». Il prévoyait au départ de démanteler les caissons irradiés, c’est-à-dire les cœurs des réacteurs, en les noyant (« sous eau »). Toutefois, face à des difficultés techniques majeures, il a obtenu de l’ASN que les opérations se fassent « sous air ». De plus, l’électricien voulait déconstruire complètement un réacteur avant de s’attaquer aux cinq autres.

Le « gendarme du nucléaire », partisan d’une déconstruction rapide, n’avait pas caché que « cette nouvelle stratégie conduit à [la] décaler de plusieurs décennies » pour ces réacteurs. Et il a jugé, en juillet, qu’il n’était « pas acceptable » d’attendre… 2070, pour le retour de cette première expérience. Il lui donne jusqu’à 2055 « au plus tard » pour débuter les travaux sur les cinq autres.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La France face au fardeau des déchets nucléaires

Conçue par le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) et EDF au lendemain de la seconde guerre mondiale, au nom de l’indépendance énergétique (et militaire) décidée par le général de Gaulle, cette filière avait l’avantage de s’épargner la phase, coûteuse et énergivore, de l’enrichissement de l’uranium. Elle a néanmoins subi deux accidents graves à Saint-Laurent-des-Eaux, en 1969, et surtout en 1980. Et elle présentait de gros inconvénients (inertie thermique, système de refroidissement très lourd…), jusqu’à la complexité du démantèlement, dont les travaux risquent de s’étaler jusqu’à la fin du siècle.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les déchets nucléaires de faible activité, un marché attractif