/Risques de la 5G, Huawei… Thierry Breton dévoile la position de l’Europe

Risques de la 5G, Huawei… Thierry Breton dévoile la position de l’Europe

Thierry Breton est auditionné à Bruxelles, le 14 novembre 2019, par les députés européens afin de devenir commissaire au marché intérieur.
Thierry Breton est auditionné à Bruxelles, le 14 novembre 2019, par les députés européens afin de devenir commissaire au marché intérieur. EU-EP / THIERY ROGE / REA

Le commissaire européen au marché intérieur Thierry Breton a présenté, mercredi 29 janvier, la « boîte à outils 5G » qu’ont imaginée les vingt-sept Etats membres de l’UE pour se protéger contre les risques liés au déploiement de cette nouvelle technologie. Il s’agit de « règles » que se sont données les Etats et qu’ils se sont « engagés à mettre en œuvre », insiste l’ex-PDG d’Atos. Alors que les Etats-Unis ont exclu de leur marché l’équipementier chinois Huawei et font pression pour que l’Europe fasse de même, les Européens ont adopté une position intermédiaire. Pas d’interdiction donc, mais des règles de sécurité qui, dans certains cas, bannissent Huawei.

Lire le portrait : De la direction d’Atos à Bruxelles, Thierry Breton, un patron très politique

Sur la 5G, on entend parler de risque d’espionnage, de sabotage… On exagère ?

Il faut comprendre que l’architecture des réseaux 5G n’a rien à voir avec les systèmes de télécommunication précédents, c’est-à-dire 4G, 3G, 2G, GSM. Et que les risques sont autrement plus importants qu’ils l’ont jamais été. Imaginez, d’ici à 2030, la 5G va relier entre eux jusqu’à 500 milliards d’objets connectés sur la planète. Beaucoup des applications qui vont être déployées par ces réseaux concernent directement la sécurité, voire la souveraineté des Etats.

Pouvez-vous détailler les dangers ?

Les opérateurs télécoms qui gèrent les réseaux 5G vont devoir faire des opérations de maintenance extrêmement délicates. Et des mises à jour des logiciels qui sont parmi les plus complexes au monde, nécessitant davantage de lignes de code qu’il n’en a fallu pour envoyer une sonde sur la Lune. Dans la plupart des cas, les opérateurs n’auront d’autre choix que de sous-traiter ces missions. A titre d’exemple, une mise à jour nécessite que l’on aspire toutes les données du logiciel, avant de le corriger et de réinjecter le tout. Ces données, ce peut être la modélisation numérique d’une usine, du réseau de vidéo protection d’une ville, d’un hôpital…

Vous comprenez donc que ces mises à jour puissent devoir être faites sur le territoire européen et sous contrôle européen, afin que ne soient pas envoyées dans le monde entier des informations que le client de l’opérateur télécom souhaite garder confidentielles. Les entreprises doivent donc être très vigilantes dans le choix de leurs sous-traitants. Tout autant qu’ils doivent l’être dans le choix de leur fournisseur d’équipements.

Lire la chronique : « La bataille de Huawei devait être technologique et commerciale, elle est devenue géopolitique »

Vous pouvez préciser ?

Tout d’abord, il ne faut pas qu’un opérateur ne dépende que d’un seul équipementier. Si celui-ci devait avoir un souci, c’est tout le réseau qui serait menacé. Il faut aussi évoquer un autre risque inhérent au déploiement de la 5G : celui d’une intrusion dans le réseau, qui pourrait entraîner une disruption massive. Par exemple, faire sauter le courant de toute une ville ou bloquer complètement une administration. Dans ce contexte, vous comprenez bien que les opérateurs télécoms ne doivent pas sélectionner des fournisseurs à risques, qui pourraient permettre à un Etat par exemple de prendre la main sur les sites stratégiques que sont les capitales, les endroits abritant une activité militaire intense ou une centrale nucléaire. Dans ces zones, on peut avoir des règles plus strictes qu’ailleurs.