/Trump, Israël et la Palestine : la violence du fait accompli

Trump, Israël et la Palestine : la violence du fait accompli

Le président américain Donald Trump et le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou, à Washington, le 28 janvier.
Le président américain Donald Trump et le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou, à Washington, le 28 janvier. MANDEL NGAN / AFP

Editorial du « Monde ». Renouant avec son vocabulaire d’homme d’affaires, Donald Trump a assuré, mardi 28 janvier à Washington, que son plan destiné à mettre un terme au conflit israélo-palestinien était « gagnant-gagnant ».

Le président des Etats-Unis ne saurait mieux dire. En ouvrant la voie à des annexions de territoires palestiniens, ce plan profite dans l’immédiat à son allié, le premier ministre Benyamin Nétanyahou, qui expédie les affaires courantes entre deux élections infructueuses, avec la justice de son pays à ses basques. La « vision » du président sera également encensée par les chrétiens évangéliques américains, qui soutiennent aveuglément Israël pour des raisons théologiques et qui constituent une partie de sa base électorale.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le plan de paix de Trump au Proche-Orient, alignement sans précédent sur les exigences d’Israël

Certes, ce plan esquisse la possibilité d’un Etat palestinien, mais c’est aussitôt pour l’assortir de telles conditions que sa perspective apparaît aussi imprécise qu’une ligne d’horizon. Benyamin Nétanyahou a d’ailleurs tenu à rassurer tout ce que son pays compte d’ultranationalistes, mardi, en estimant que les Palestiniens vont sans doute « prendre beaucoup de temps pour arriver au début de ce chemin ». Le plan Trump est donc plus sûrement une nouvelle étape, décisive, dans la destruction d’un projet national. Quel qu’en soit le prix à long terme pour les Palestiniens comme pour Israël.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les Palestiniens se sentent humiliés par le plan de Trump au Proche-Orient

Qu’on ne s’y trompe donc pas, la portée des annonces de mardi dépasse de beaucoup les triviales considérations de cuisine électorale israélienne et américaine. Car de quel droit Washington peut-il se prévaloir, après les précédents de Jérusalem et du Golan syrien, pour attribuer à un obligé une souveraineté sur un territoire qui n’est pas le sien ? D’aucun, sinon celui qu’autorisent la puissance et un comportement digne d’un Etat voyou illustré, dans un autre registre, en 2014, par l’annexion de la Crimée par la Russie.

« J’appuie sur le bouton »

Cette primauté de la force, cette consécration du fait accompli, est assumée en toute candeur par un président indifférent aux normes et aux valeurs, adepte forcené de la transgression par définition considérée comme vertueuse.

Lors d’une réunion à la Maison Blanche de la galaxie numérique trumpienne, en juillet 2019, le président des Etats-Unis avait déjà commenté avec ravissement l’audience qu’avait suscitée le message publié sur son compte Twitter dans lequel il avait reconnu la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan, conquis en 1967. « J’appuie sur le bouton, et en deux secondes : “Nouvelles de dernière heure” », avait-il raconté, mimant la réaction des chaînes d’information continue américaines.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Pour Israël, le plan Trump est une incitation à annexer les colonies

Cette jouissance sans limites des pouvoirs de la première puissance militaire du monde ne s’embarrasse d’aucune contrainte. Ni celle du droit international, bien évidemment, enterré en deux phrases dans le document publié mardi par la Maison Blanche. Ni celle que peuvent entraîner les alliances. Une nouvelle fois au Moyen-Orient, les alliés européens sont pris de court, passés par pertes et profits.

Lire aussi Avec le plan de paix américain, le consensus arabe sur la Palestine s’effrite

Cette posture assure au président des Etats-Unis des succès de tribune, dans ses meetings, lorsqu’il répète qu’il ose tout ce que ses prédécesseurs renonçaient à accomplir. Donald Trump est d’autant plus fondé à persévérer que ces façons ne rencontrent aucune résistance de la part de ses partenaires, si on en juge par la très faible réaction de l’Union européenne, tiraillée entre ses convictions et la hantise manifeste des réactions d’un président qui ne recule devant aucune outrance.

Le Monde